La clarinette

Tout savoir sur la fête de la musique

La fête de la musique se déroule souvent à la moitié du mois de juin, pour l’année prochaine se sera le 21 juin, mais on a eu de l’ambiance en assistant aux festivités qui s’est déroulé au début du mois de mai dernièrement.

La belle famille de la fête de la musique

On ne peut pas rater un tel évènement, surtout ceux qui sont mélomanes et qui apprécient également la relation entre différents pays. Ensuite, il n’y a que dans cette occasion que l’on apprécie de la bonne musique, puis c’est devenu une vraie culture française que l’on apprécie énormément. Cette année, on a ouvert les portes de l’Elysée et c’est juste beau. On a eu le « French touch » d’une autre manière, qui a fait un peu le tapage partout, mais c’est un peu spécial, même si certain a été retissant envers le spectacle de « voguing » réalisé par un groupe de jeune afro-américaine le « Kiddy Smile ». Donc, il y a eu de révolution ou une innovation qui n’est pas toujours bonne pour tout le monde, mais c’est une autre découverte d’une autre culture que les traditionnels orchestres et les spectacles de clarinettes. On sent également une liberté de personnalité, pour donner un sens à la culture homosexuelle, et c’est un programme tout simplement osé.

On a apprécié la musique de la nouvelle génération

On s’est éclaté de la voix d’Adèle et son nouveau son « La Thune » avec la parole un peu ancrée à la couleur jaune, mais c’est le bitcoin en spectacle. On s’est éclaté dans les boites de nuits Jain et son « Alright », et « Makeba » qui sonnent bien sous le son d’une tongue drum avec ce rythme un peu techno live. On s’est vraiment laissé emporter par la touche de douceur au reggae avec Chaton et son morceau de « Poésie » à travers la place de l’église de Saint-Eustache. C’est vraiment une musique de code pour dire que les jeunes ont égayé avec leur code de « Myth Syzer ». C’est juste une vibration totalement affichée, car la musique du garage sort en public pour un boom d’éclat de pied avec de l’Electro à la Cité des Elysées. Et même l’Arabe a eu son tour sous le rythme de l’IMA avec Rachid Taha.

Enfin, même si c’est écrit sur le T-Shirt du DJ qu’il est un « fils d’immigré noir et pédé », on reste objectif que tout peut s’entendre sur la France.

Les publications similaires de "Actualités"

  1. 13 Juin 2018Top 5 des instruments peu connus202 v.
  2. 11 Oct. 2017Apprendre un instrument de musique : choisir la clarinette595 v.